Votre mandat

Je suis toujours le seul élu départemental seynois à faire bénéficier nos associations de la totalité de mes crédits d’animation au titre des projets d’initiative territoriale, soit 10.000 euros par an. En 2018, ce furent les Foyers Sociaux Educatifs des collèges Eluard, Wallon et Curie, le CIL BME, l’AVIE, le FCS, le CSMS. Je crois en La Seyne, j’aime La Seyne. La Seyne change mais moi non. Merci de votre confiance. Vous pouvez toujours compter sur moi. Ces aides se poursuivront après 2020.

La Seyne change en 2020

Il fallait bien être là pour lancer cette opération déterminante sur l’habitat dégradé du centre-ville de La Seyne en même temps que le programme de renouvellement urbain. Ce sont au total près de 12 millions d’euros dont environ la moitié à la charge de la Métropole, qui seront investis sur le volet habitat. Reste à savoir le calendrier de ceux qui en auront la responsabilité politique. Pour ma part, ce sera sur un seul mandat. Je veux être jugé en 2026 et pas après.

Nos Pompiers

Je me réjouis de l’inscription au budget 2019 du SDIS de la réhabilitation de la caserne des Sapeurs-pompiers de La Seyne Nord comme je m’y suis engagé à ma mi-mandat.

Je regrette que Marc Vuillemot engage, lui, un nouveau combat, perdu d’avance, dans ce contexte, contre le paiement de nos secours par la Métropole dont il est vice-président. C’est irresponsable et insensé.

Anti-mendicité

La mendicité, à La Seyne, de Français ou non, est clairement un problème, notamment lorsque des mineurs sont utilisés. Elle est inacceptable, de la part d’individus en âge et en état apparent de travailler, parfois alcoolisés, dans les espaces publics. Elle n’est en aucun cas le cheminement logique de personnes socialement isolées et financièrement démunies. Il n’y a pas de fatalité et la collectivité n’est pas obligée d’approuver ces pratiques. Nous appliquerons ce que la jurisprudence a déjà permis, sans états d’âme particuliers, si la population seynoise nous donne le mandat de le faire. Voici ci-joint l’arrêté que nous prendrons dès notre élection.

Fausse alerte

Ne jouons pas avec les chiffres pour noyer le poisson. L’Etat a fixé un maximum de dépenses de fonctionnement pour La Seyne de 93 millions en 2018 et nous y étions déjà en 2017! Et même si nous devions assumer une dépense imprévue en cours d’année, il est possible de réviser avec l’Etat le taux annuel d’évolution. Où est le problème dans ce contrat de maîtrise des dépenses publiques avec les contribuables? Aucun pour leur majorité.

En garde

La garde du parc sera toujours mieux assurée par ceux qui y vivent en permanence et sont les mieux placés pour prévenir, par leur surveillance continue, les atteintes à la qualité de vie des résidents de nos quartiers. Bien formés et assermentés, ils disposeront de toutes les protections nécessaires pour accomplir leurs missions. C’est l’engagement que je prends et qui sera tenu avec notre élection à la Ville et à Terres du Sud Habitat.

Notre devoir

Même si la commission de surendettement efface parfois certaines dettes locatives, le paiement de son loyer, même partiel, reste une priorité absolue pour éviter l’expulsion. Si certains obtiennent l’assurance de reloger un débiteur de mauvaise foi expulsé, il devient alors facultatif de payer un loyer. C’est ce que des élus responsables doivent assumer. C’est ce que je ferai en présidant la commission sociale de TSH.

La Seyne change en 2020

Si nous avions dès 2008 supprimé des postes de fonctionnaires territoriaux, nous en aurions tous les bénéfices budgétaires en 2020 en annulant la dépense publique correspondante. Marc Vuillemot s’est refusé à le faire par principe. Le service des sports a donc conservé ses 103 agents en permettant par exemple à des moniteurs sportifs d’intervenir dans les écoles. Pourrons-nous encore continuer à maintenir tous les services publics possibles à l’avenir, en commençant à diminuer la pression fiscale? La réponse est NON.

Signé

La métropole TPM a signé le contrat de maîtrise de ses dépenses publiques et tant mieux. Ses dépenses réelles de fonctionnement n’ont augmenté que de 0,70% entre 2014 et 2016. L’Etat nous permet d’atteindre au maximum 1,35%/an jusqu’en 2020 pour ne pas être pénalisé sur nos dotations. La loi, pas si injuste que certains le disent, a bien sûr prévu les transferts de charges de nos communes vers la nouvelle métropole et il y a fort à parier que nous serons dans les clous malgré la hausse de la population. Comme quoi, il n’y a pas de fatalité.