Notre habitat

Un programme de rénovation urbaine de cette ampleur est bien sûr la survie de notre centre-ville. Il n’est pas souhaitable de reconstruire des logements sociaux classiques à la place des îlots démolis. MAIS c’est aussi pour nous la réduction de la vacance dans le parc social (262 en 2018) et une attribution par une cotation précise. Ce sera enfin un permis de louer renforcé. De la politique de l’habitat dépendront toutes les autres. Pour ne plus subir après, il faut agir avant.

Notre devoir

Même si la commission de surendettement efface parfois certaines dettes locatives, le paiement de son loyer, même partiel, reste une priorité absolue pour éviter l’expulsion. Si certains obtiennent l’assurance de reloger un débiteur de mauvaise foi expulsé, il devient alors facultatif de payer un loyer. C’est ce que des élus responsables doivent assumer. C’est ce que je ferai en présidant la commission sociale de TSH.

Votre droit

La moitié du parc de logements de notre agglomération a été construite avant 1970. Plus de la moitié des résidences principales est habitée par des propriétaires occupants, dont plus de la moitié vivent en copropriété. Le marché de la rénovation, c’est un chiffre d’affaires de 64 millions d’euros. C’est clairement l’enjeu de demain d’être déjà bien chez soi avant de relancer de coûteux programmes de constructions neuves. Les 18 et 19 mai 2018 se tiendra le premier grand rendez-vous de la rénovation énergétique à La Garde. Merci à leurs organisateurs, aux partenaires présents et à vous bien sûr pour votre intérêt.

Notre contrat

Si j’approuve totalement la généralisation du permis de louer pour lutter contre l’habitat indigne sur notre territoire, je trouve absolument intenable l’objectif de réalisation de logements sociaux porté à 25% sur une métropole aussi dense que la nôtre. Il faut rapidement remplacer la notion de logement social auquel 3/4 des Varois ont droit, par celle de logement encadré, c’est-à-dire des logements à usage locatif publics et privés conventionnés avec l’Etat et répondant aux conditions de ressources et de loyers fixées par décret.

Votre mandat

TSHC’est avec beaucoup d’honneur et de plaisir que je préside désormais la commission sociale de TSH dont le Président est également membre, aux côtés des représentants de l’UDAF, de la CAF, des associations d’insertion et des locataires. Nous y examinerons autant de fois que nécessaire les situations de créance non réglée due à l’office avec toute la rigueur et la discrétion requises. 

Votre mandat

TSHC’est avec beaucoup d’honneur et de plaisir que je prends mes nouvelles fonctions dans l’administration de TSH. Aux côtés du Maire redevenu Président, je me réjouis de la mise en œuvre d’une procédure transparente d’attribution des logements sociaux comme je le préconisais en 2014. Comptez sur nous

Pourquoi je suis élu

imagesCertains ne me connaissent vraiment pas mais je ne leur en veux pas. Ils ont toujours la possibilité de me rencontrer, s’ils le veulent, pour me juger. A TPM, aujourd’hui, où les Seynois m’ont élu en 2014, j’ai récusé tout nouveau plan de déplacements urbains en l’absence totale d’enquête sur les conditions de mobilité actuelles des ménages dans l’agglomération alors qu’on projette d’investir plus d’un milliard d’euros pour les dix ans à venir dans les transports de l’aire toulonnaise. J’ai également défendu les équilibres environnementaux et financiers des communes de TPM, en particulier à La Seyne, en votant contre la poursuite du programme local de l’habitat avec une telle production annuelle insupportable de logements. J’ai été élu pour ce mandat.

Cohérence

cropped-municipales-2.jpgComme je l’avais défendu dans notre projet en 2014, j’ai voté contre le choix de la communauté d’agglomération TPM de réaliser un projet de BHNS à la place d’un tramway, avec le groupe Front national, au nom duquel j’ai également fait part de ma totale réserve sur l’application du prochain PLH opposable aux PLU des communes impactées par cette politique. La cohérence et la fidélité à mes convictions déterminent mes positions d’élu.

Bâtisseurs

photo-berthe2.000 € par logement construit, c’est l’aide aux maires bâtisseurs décidée par l’Etat et versée aux communes pour les aider à réaliser les équipements publics et les infrastructures nécessaires à l’accueil de nouveaux ménages. La Seyne-sur-Mer est la troisième ville en France, par le montant de l’aide – près d’un million d’euros – , à avoir été retenue après deux communes de la couronne parisienne. J’aurais, de loin, préféré bénéficier d’une aide à la réhabilitation de logements existants et vétustes, plus soucieuse du cadre de vie des Seynois.

Trop-plein

002Les Seynois se défendent et nous les y aidons, comme promis. 75% des Varois peuvent prétendre à un logement social. Le taux de rotation dans le parc locatif est très faible. Il y a de plus en plus de logements vacants. Or, l’Etat qui diminue son aide aux communes, veut accélérer la construction de logements en renforçant son droit de préemption et en délivrant des permis de construire à la place des élus, au mépris de la qualité de vie des habitants déjà installés et au prix, à la charge des communes, de dépenses supplémentaires de moins en moins compensées, sans parler des pénalités qu’il leur inflige, même en l’absence de réserves foncières. Il faut casser au plus vite ce cercle vicieux. A La Seyne, nous privilégierons des petites unités réhabilitées en jouant nous-mêmes les bailleurs sociaux entre propriétaires et locataires vertueux. Politique juste et équilibrée.